Lettre à toi, qui était mon amie…

Article un peu particulier cette fois-ci car il s’agit d’une lettre. J’ai écrit cette lettre il y a quelques temps déjà… Je ne l’ai jamais envoyé car je m’étais dit que de toute façon, elle irait dans l’oreille d’une sourde. Mais aujourd’hui j’ai mon propre blog et je pense qu’elle peut aider certaines personnes qui ont connu des déboires en amitié. En effet, nous avons tous connu des déceptions amoureuses et/ou amicales car nous même si nous avions tout donner, ce n’était jamais assez. Saches, qu’il n’y a pas d’échelle dans la douleur.

Lorsque ton cœur souffre, il souffre et c’est tout. Et quand il est déçu, quand tu te prends la vérité en pleine face, c’est tout aussi vrai. J’avoue volontiers que je suis une personne entière, qui n’a pas peur de dire ce qu’elle ressent. Je n’essaye pas de me cacher derrière quoi se soit car je pense qu’il est préférable d’être sincère tout d’abord avec moi-même, puis ensuite avec toi qui vas me lire. Mais c’est vrai, il n’est pas toujours facile de mettre des mots sur ses sentiments et c’est pour cela, que je partage cette lettre avec toi aujourd’hui.

Bonjour,

Je t’écris cette lettre, même si dans le fond, je sais que tu ne la liras jamais. Mais plus j’y pense et plus je me dis qu’il est temps pour moi de mettre par écrit ce que je ressens.

J’ai également beaucoup réfléchi à comment j’allais commencer cette lettre. Mais si, je devais commencer par quelque chose, je dirai que tu m’as blessé. Et je crois que je continue de l’être dans la mesure où ce n’est pas à toi que je dis ces choses. Je ne souhaite pas citer ton nom, ni évoquer ce que tu as pu faire pour préserver ton intégrité, celle que tu crois avoir du moins. Cependant, il est vrai que dans toute cette déception, je sais qu’écrire sur mon blog, m’aidera surement à m’ôter cette frustration omniprésente.

J’ai toujours eu du mal avec la rancœur car je sais qu’elle peut détruire des personnalités et des cœurs. C’est pour cela que je choisi toujours de pardonner les personnes qui m’ont heurté et celles qui m’ont fait du mal. Pourtant, avec toi c’est différent car, j’ai comme une sensation de colère qui s’est instaurée en moi, comme un venin, vile et perfide, tout ce que je déteste. Parfois j’y fais face, parfois non. Parfois j’en rigole, parfois je t’en veux. Il y a tout un tas de sentiments qui se mélangent quand je pense à notre amitié, qui ne semble n’avoir été qu’un mensonge du début à la fin.

J’aimerai que tu saches que je te reproche certaines choses comme ne pas avoir su me garder, mais surtout, les mensonges que tu m’as dit. Ceux que tu as caché si longtemps et que tu as cru bons pour paraître honorable à mes yeux. Ceux qui tu as dissimulé pour que je sois de ton côté. Ceux que j’ai découvert par hasard, car si la vérité prend les escaliers, elle finit TOUJOURS par arriver.

Je t’aimais comme une sœur et je te faisais confiance. En réalité, je ne t’ai jamais demandé d’être ce que tu n’étais pas, mais tu as fait l’erreur de le croire pour te caler sur moi, pour correspondre à mes standards, à mon image. Mais si j’avais su, je ne t’aurais pas donné le pouvoir de m’atteindre et que tu me blesses. Je n’oublierai absolument jamais la déception que j’ai ressenti après ta trahison… Car oui, quand quelqu’un que tu considères te mens, il y a trahison. Mais je crois que beaucoup l’oublient et préfèrent taire certains détails de leur vie, oubliant que c’est à nous de juger si TA personnalité, TON passé, ME conviennent à MOI. Tu n’avais pas à décider pour moi.

J’ai compris avec le temps que tu ne pouvais pas donner de l’amour aux autres (sans doute par peur) mais que tu aimais en recevoir pour te valoriser. J’ai compris que tu te sentais en dessous de moi et ce, malgré le fait que je sois une personne plutôt effacée qui aime mettre les autres en lumière plutôt qu’elle-même. J’ai aussi compris que tu me consommais, à petit feu, dans un esprit noir et sombre, tellement à l’antipode de ce que je suis réellement. Je n’oublierai absolument jamais la déception que j’ai ressenti après ta trahison, c’est vrai, mais je n’oublierai pas non plus ce que cette amitié m’aura appris.

Finalement, je pensais avoir connu des personnes nuisibles pour moi, mais de toutes mes amitiés du genre, celle-ci est celle que je déteste le plus. Mes mots sont durs ? Pourtant ils traduisent uniquement l’ampleur du fossé que tu as créé entre nous de peur que je ne découvre ton vrai visage.


Nous étions amies, et j’aurai bravé les tempêtes pour toi, tout comme je le ferai pour les autres personnes qui sont dans mon cœur. Mais je crois, que les sentiments sincères ne te concernent pas. Je crois que tu es quelqu’un qui a peur du bonheur. Tu le cherches mais tu le repousses chaque fois qu’il est à ta portée. Tu méprises les autres car ils t’ont fait du mal, mais au final, j’étais là et tu n’as pas su voir cela.

Le temps passe depuis que j’ai découvert qui tu es réellement et je sens que mon cœur était lourd de ne pas pouvoir te dire ces choses. C’est pour cela que j’ai décidé de l’écrire ici. Car je ne veux plus de cette rancune, je ne veux plus être empoisonnée par tes erreurs et les sentiments malsains que tu as provoqué chez moi… Et je me rends compte que cette lettre n’est pas vraiment pour toi. En réalité, elle est pour moi. Je l’écris pour me libérer de ce passé, où tu as été présente pour les mauvaises raisons.

Il est grand temps de laisser cette négativité derrière moi, car je sais que le problème n’était pas moi, mais bel et bien toi. Mais toi, je ne peux pas et ne veux pas te changer. Tu n’étais en effet, pas à la hauteur de ma lumière et de mon amitié. Et je crois que dans toute cette histoire, tu m’as rendu un grand service en t’effaçant de la sorte.

Peut-être que tu voulais vraiment être mon amie. Peut-être que tu souhaitais réellement me montrer que tu étais une personne bien. Je t’ai vu lutté contre toi-même et enfouir ta personnalité dans un trou pour devenir quelqu’un que tu n’étais pas et je trouve cela bien dommage, car au final, je ne demande pas grand-chose pour être heureuse, si ce n’est la sincérité. Je t’ai déjà dit que je ne souhaitais plus qu’on soit amies… Mais en réalité, j’ai la conviction notre amitié n’a jamais réellement existé.

Avec sincérité,

Alexa.

 

 

 

Crédit photo : Huffington Post

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Scroll to top