POURQUOI J’AI ARRÊTE LA PILULE

Hello mes girls (et mes gars si vous passez par là) !

Voici 3 mois que je n’ai point écrit. Le manque de temps ? Peut être ! La fatigue ? Assurément. Franchement, je ne vais pas te mentir et te dire que j’étais occupée et tout, parce que la vraie vérité, c’est que j’avais tout simplement pas la tête à écrire.

J’avais d’ailleurs prévu de faire un article sur « Pourquoi mon acné ne définit pas ma beauté » (qui viendra d’ici 10 jours, je pense), mais je me suis posée la question suivante : pourquoi j’ai de l’acné ? Du moins, pourquoi j’ai eu de l’acné ? Et si je remonte dans le temps, j’ai commencé à avoir de l’acné quand j’ai arrêté de prendre la pilule contraceptive. Et ça s’est révélé être un sujet important, d’actualité, puisque de plus en plus de femmes décident de l’arrêter. Selon moi c’est un sujet de fond que je me devais de traiter et partager, pour que les filles mais aussi les garçons (car dans une relation on est toujours deux) puissent avoir une vision de ce qu’est la pilule et ce qu’elle fait au corps d’une femme.

COMMENT J’AI ACCEPTE MA PRISE DE POIDS

Avant tout propos, contextualisons. Comme tu le sais déjà, je suis malade. Quand j’ai arrêté la pilule en juillet 2017, tout le monde me disait que j’allais perdre du poids (puisque j’avais grossi à cause de la pilule à la base). Je pesais alors 80/85 kilos selon les jours et les périodes. Mais quelques mois sont passés et j’ai commencé à prendre du poids. Pas 1 ou 2kg, non on parle de 10, puis 12, puis 15, puis 18, et pour finir, je me retrouve avec +22kg en juillet 2018. Au début, je ne m’en inquiétais pas trop, parce que je me disais que ça se régulerait à un moment sans que je n’ai rien à faire. Mais c’était sans compter sans la mécanique complexe du corps humain qui en plus de me faire grossir, ne voulait pas que je perde un seul gramme. Bref, entre temps, on a su ce que j’ai, on a commencé un traitement et cela se passe bien, puisque je recommence à perdre du poids… Mais durant une année entière, j’ai du m’adapter à ce nouveau corps que je ne connaissais pas (car en+ je ne prenais pas de la même manière qu’il y a 9 ans). J’ai du revoir mes vêtements et passer d’un 42 à un 46. Et surtout, j’ai du faire face au fait que physiquement j’étais pas forcément au top pour moi, ma santé. Et pourtant c’est sans doute l’année où j’ai eu le plus confiance en moi depuis des années. Je vais donc te raconter comment j’ai accepté ma prise de poids, comment j’ai vécu avec, pourquoi je ne fais aucun programme alimentaire RESTRICTIF pour perdre du poids.

Bonjour docteur, je suis malade…

Me revoilà avec un vrai article qui me concerne moi et ma vie (avoue je t’ai manqué meuf) ! Et oui, comme il s’agit de MON blog, je peux me permettre de faire des pauses quand bon me semble et surtout quand j’en ressens le besoin. Et c’est ce que j’ai fait ces 3 derniers mois. J’avais besoin de temps pour moi, ma santé (surtout ma santé) et puis pour me concentrer sur d’autres sujets professionnels.

Ma pause, je l’ai souhaité et je l’ai faite car, (si tu me suis sur Instagram), je suis malade. Du coup, j’aime écrire, j’aime partager, mais je m’aime encore plus. Je voulais également reprendre le blog avec un article que vous m’avez demandé en priorité « comment s’accepter quand on prend du poids », mais j’ai décidé de d’abord vous expliquer POURQUOI j’ai pris du poids cette année et ensuite, nous verrons comment accepter le tout.

#TémoignageTime Marie-Thérèse, 1m88, grande mais pas que…

Je sais que je t’ai manqué et me revoici ! Et je ne reviens pas avec n’importe quoi : un témoignage. Suite à ma série #BodyAcceptance, j’ai décidé, qu’il serait intéressant et judicieux de partager d’autres témoignages que les miens, car certes j’ai eu différents complexes, sur différents niveaux, mais je ne suis pas la seule. Du coup, pour pouvoir toucher tout le monde, il est important d’explorer d’autres pistes car un complexe est strictement personnel. Il peut concerné la taille, les cheveux, la couleur de peau, les doigts… Tout est possible ! Du coup, aujourd’hui, je te propose de découvrir le témoignage de Marie-Thérèse qui mesure 1m88, mais pas que !

Hello !!

Mon prénom est Marie-Thérèse (je sais j’ai un prénom typiquement antillais mais je ne le suis pas du tout LOL), j’ai 26 ans et je viens de commencer un nouveau boulot à Dublin après avoir vécu 2 ans à Prague. Je suis originaire de Créteil, en région Parisienne. A travers cet article, je vais essayer de te faire quelques confidences personnelles sur moi. Peut-être que cela pour en aider certain.e.s.

#BodyAcceptance 3 : Comment j’ai appris à accepter mon corps

Enfin, je peux faire et j’ai la motivation pour écrire le dernier volet de ma saga « Body Acceptance » qui ne concerne pas seulement mes formes, mais mon corps dans sa globalité. Nous sommes en 2018 et aujourd’hui même si nous voyons plus de femmes curvy grâce à l’avènement des réseaux sociaux notamment, ça reste un défi de se sentir bien dans son corps. Et c’est encore plus vrai quand tu es en surpoids. Soyons claires, je n’ai rien contre les filles minces qui ont, elles aussi, leurs propres complexes, mais restons également réalistes : je suis grosse et la société me fait sans arrêt croire que parce que j’ai un ventre plus volumineux et des cuisses plus chargées, je suis moche. Du moins, que je suis imparfaite.

#BodyAcceptance 2 : Comment j’ai appris à accepter mes cheveux Afro

Les jours passent et il est déjà le temps de publier le second article de la trilogie « #BodyAcceptance » que j’ai lancé le mois dernier. Aujourd’hui, je reviens donc avec un article plus ou moins attendu, puisqu’il s’agit de te raconter comment j’ai fait pour accepter mes cheveux.

Comme tu le sais déjà, je suis métisse (noooon, jure ??!) et ce métissage, m’a donné une chevelure plutôt imposante (c’est le cas de le dire). Mes cheveux sont touffus, mes cheveux sont longs, mes cheveux sont frisés… Bonjour, je suis une curly hair girl !

#BodyAcceptance 1 : Comment j’ai appris à accepter ma couleur de peau

Premier article de cette série de 3 articles qui me tient particulièrement à cœur. « Comment j’ai appris à accepter ma couleur de peau » Titre étrange quand on sait que je suis le fruit du mélange France/Afrique. Malgré tout, si aujourd’hui, je sais que je suis noire, cela n’a pas toujours été le cas. Du moins, j’ai eu beaucoup de mal à trouver ma place étant enfant ou adolescente. C’est vrai qu’à première vue, cet article ne semble pas parler à une grande majorité de personnes. Mais tu verras, je vais parler d’appartenance, de colorisme, de bodyshaming… Et là, il est fort probable que ces mots te parlent. Je vais te raconter des choses personnelles (encore), dont pour la plupart des personnes que je connais, ne savent rien. Non pas parce que je n’ai jamais voulu en parler, mais tout simplement parce que lorsqu’on me voit aujourd’hui, personne ne peut se douter, que moi aussi, j’ai pu vivre ça.

Pourquoi te couper les cheveux est une expérience à vivre au moins une fois dans ta vie

Pour ouvrir officiellement le blog, j’ai choisi un thème que j’ai déjà traité pour le magazine Femme d’Influence mais cette fois si, j’ai décidé de l’écrire de manière beaucoup plus personnelle, recentrée sur ma propre expérience pour que tu puisses voir à quel point se couper les cheveux courts est quelque chose que je conseille à chacune d’entre nous.

Scroll to top