#TémoignageTime Marie-Thérèse, 1m88, grande mais pas que…

Je sais que je t’ai manqué et me revoici ! Et je ne reviens pas avec n’importe quoi : un témoignage. Suite à ma série #BodyAcceptance, j’ai décidé, qu’il serait intéressant et judicieux de partager d’autres témoignages que les miens, car certes j’ai eu différents complexes, sur différents niveaux, mais je ne suis pas la seule. Du coup, pour pouvoir toucher tout le monde, il est important d’explorer d’autres pistes car un complexe est strictement personnel. Il peut concerné la taille, les cheveux, la couleur de peau, les doigts… Tout est possible ! Du coup, aujourd’hui, je te propose de découvrir le témoignage de Marie-Thérèse qui mesure 1m88, mais pas que !

Hello !!

Mon prénom est Marie-Thérèse (je sais j’ai un prénom typiquement antillais mais je ne le suis pas du tout LOL), j’ai 26 ans et je viens de commencer un nouveau boulot à Dublin après avoir vécu 2 ans à Prague. Je suis originaire de Créteil, en région Parisienne. A travers cet article, je vais essayer de te faire quelques confidences personnelles sur moi. Peut-être que cela pour en aider certain.e.s.

#BodyAcceptance 3 : Comment j’ai appris à accepter mon corps

Enfin, je peux faire et j’ai la motivation pour écrire le dernier volet de ma saga « Body Acceptance » qui ne concerne pas seulement mes formes, mais mon corps dans sa globalité. Nous sommes en 2018 et aujourd’hui même si nous voyons plus de femmes curvy grâce à l’avènement des réseaux sociaux notamment, ça reste un défi de se sentir bien dans son corps. Et c’est encore plus vrai quand tu es en surpoids. Soyons claires, je n’ai rien contre les filles minces qui ont, elles aussi, leurs propres complexes, mais restons également réalistes : je suis grosse et la société me fait sans arrêt croire que parce que j’ai un ventre plus volumineux et des cuisses plus chargées, je suis moche. Du moins, que je suis imparfaite.

#BodyAcceptance 1 : Comment j’ai appris à accepter ma couleur de peau

Premier article de cette série de 3 articles qui me tient particulièrement à cœur. « Comment j’ai appris à accepter ma couleur de peau » Titre étrange quand on sait que je suis le fruit du mélange France/Afrique. Malgré tout, si aujourd’hui, je sais que je suis noire, cela n’a pas toujours été le cas. Du moins, j’ai eu beaucoup de mal à trouver ma place étant enfant ou adolescente. C’est vrai qu’à première vue, cet article ne semble pas parler à une grande majorité de personnes. Mais tu verras, je vais parler d’appartenance, de colorisme, de bodyshaming… Et là, il est fort probable que ces mots te parlent. Je vais te raconter des choses personnelles (encore), dont pour la plupart des personnes que je connais, ne savent rien. Non pas parce que je n’ai jamais voulu en parler, mais tout simplement parce que lorsqu’on me voit aujourd’hui, personne ne peut se douter, que moi aussi, j’ai pu vivre ça.

Scroll to top